Des entrailles de la terre à l'esprit du souffleur

Comment Tich Nat Han peut nous fluidifier

Le verre à l’état semi-liquide

Introduction: c’est chaud!

La particularité du verre à l’état semi-liquide que travaille le souffleur de verre est qu’il ne s’apprivoise pas facilement. Il bouge sans cesse attiré par la gravité et il est chaud bouillant!
Et ça « c’est excessivement énervant !».

Voilà le topo: ça fait des années que vous en rêvez et vous voilà enfin prêt à en découdre. Votre maître d’apprentissage ouvre la porte du four et là c’est l’enfer! Soit vous reculez et n’y revenez plus jamais car c’est physique votre corps s’y refuse. Soit vous dépassez la douleur de ces 1160° vous léchant le bras et vous plongez votre canne dans ce pot de miel en fusion et l’addiction commence!

Lumineuse viscosité

Si vous arrivez à le cueillir (terme technique et quasi-floral désignant l’enrobage du verre en fusion sur la canne) alors vous tenez la lumière du soleil à bout de bras. C’est très grisant.
Vous êtes tellement absorbé par cette lumineuse viscosité qui ne demande qu’à tomber qu’une fois arrivé sur votre banc de travail tout doit être prêt et ordonné.

On peut voir le travail du souffleur de manière hiérarchique avec le maître et son assistant.e. On peut aussi le voir comme un travail de coopération: une danse à plusieurs.
Les outils sur le banc de travail régulièrement rangés, les portes des fours à ouvrir, les apports de verre successifs et le souffle à fournir sont les prérogatives de l’assistant. En gros il est partout à la fois.

Un banc de travail rangé au fur et à mesure

Tout ce que je viens de décrire demande une forte présence et une attention soutenue de tout les instants. Avant de commencer une pièce en verre soufflé il faut en connaître le processus, toutes les étapes car c’est un plan séquence, on ne peut plus s’arrêter en chemin et la tension monte.

Et Thich Nhath Han dans tout ça?

Ce moine tibétain d’origine vietnamienne est à l’origine du concept d’Inter-Être.

Inter-Être signifie qu’il y a relation, interdépendance et interconnexion permanente entre tout les être-humains et toutes les particules du monde vivant.
Nous sommes sensibles à des niveaux grossiers et plus subtils. Nous ne sommes pas toujours conscient que c’est une perturbation presque invisible qui est à l’origine d’une émotion particulière. Tout comme le verre en fusion garde en mémoire chaque intervention et peut nous perturber quelques minutes plus tard.

Si vous êtes en colère ou joyeux, quelque soit l’émotion en fait, l’énergie du moment impacte votre entourage.

Nous vivons tous cela au quotidien avec notre famille, nos amis, au travail.

Oui mais la différence c’est que dans un atelier de verre soufflé vous ne pouvez pas vous isoler quelques instants et reprendre le contrôle de votre émotion tant que vous n’avez pas fini votre plan séquence, vous devez faire avec et la matière elle-même exige que vous soyez présent, opérationnel et serviable. Et la tension continue de monter.
Et c’est ici que le contrôle de soi, la conscience de l’autre, l’Inter-Être entre en jeu.

Vous êtes dépendant de votre assistant, de sa compétence et de son état émotionnel. Et lui de vous.

Mon apprentissage m’a amené à travailler dans plusieurs ateliers dans différents pays.

Anecdote

Je me souviens, dans l’un d’eux, d’avoir assisté à une scène qui m’a profondément marqué.
Imaginez, suite à une erreur, que l’on vous mette un coup de poing dans les reins pendant que vous chauffez une pièce lourde qui bouge dans un four à 1160°! Vous n’êtes plus tellement présent (douleur, colère et humiliation trouble votre jugement) et donc vous êtes moins enclin au service. Je vous rassure ça ne m’est pas arrivé personnellement mais croyez-moi ce coup de poing m’a affecté.
L’intensité de la chaleur qui règne dans un atelier de souffleur favorise cette montée d’adrénaline.

Alors comment Thich Nhath Hanh peut-il fluidifier tout cela?

Les mains et le souffle

Et bien…par le souffle !

De nombreuses études ont montré la puissance et les effets bénéfiques de la respiration.
La Pleine Conscience enseigné par Thich Nhath Han, la méditation Vipassana ou la méditation Zen ont toutes une seule et même origine: le souffle. La conscience du souffle.

Vous êtes parfaitement conscient de chaque sensation dans votre corps et dans votre esprit. C’est ce que le travail du verre à chaud exige également. Être à l’affût.

Respirer

La respiration consciente, pratiquée lors d’une méditation ou au quotidien, est une action qui accélère et améliore le processus respiratoire. Elle est aussi appelé respiration diaphragmatique ou contrôlée.
Elle augmente le volume et la pression de l’oxygène entrant dans le corps et cela a pour effet de maximiser la capacité pulmonaire. Et ça c’est bon pour un souffleur!

En outre, cela active le système nerveux parasympathique responsable de la relaxation et du relâchement de votre corps: votre rythme cardiaque et votre tension artérielle baissent favorisant le calme et la tranquillité émotionnel, ce qui diminue l’anxiété. Et ça c’est bon pour l’ambiance à l’atelier!
Plus spécifiquement, la respiration a des effets sur notre cerveau dans les zones associées à l’attention et au traitement des informations sensorielles. Et un souffleur travaille avec ces informations, ces sensations et l’attention!

Donc si vous êtes pleinement conscient que votre état émotionnel affecte votre geste, votre assistant et donc votre résultat final alors, au prix que coûte cette passion (temps d’apprentissage, chaleur extrême, coûts élevé du matériel et du gaz) alors vous optez pour une certaine forme de bienveillance et vous choisissez d’adopter certaines pratiques dans votre routine quotidienne.

Réflexion

Quand je posais la question au souffleur à l’origine du coup de poing: « pourquoi un tel geste? » il me répondît: « Si tu ne maintiens pas la pression et la tension (équivalent pour lui à l’attention) de l’équipe alors tout le monde se ramollit, pense à autre chose et ta pièce finit par terre ».

L’adrenaline me pousse encore dans mes retranchements!

J’ai beaucoup méditer sur sa réponse.

Ca m’a prit plus de dix ans avant de me mettre à la respiration consciente et d’en mesurer les bienfaits dans ma pratique. C’était dix années consacrées à l’apprentissage de la technique, rien que la technique.
Aujourd’hui je suis beaucoup plus tolérant à la chaleur et plus serein avec mes assistants. Mais l’adrénaline me pousse encore dans mes retranchements. Et c’est pour cela que j’y retourne, je suis face à moi-même.

Face à soi-même

Et vous qu’en pensez-vous? Vous êtes plutôt Tension ou Attention?

S vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suivant

Pourquoi ce blog?

  1. Breda

    Intéressant. Quand un homme pense travailler la matiere, en réalité c est la matiere qui faconne l esprit de l homme et le contraind a réaliser certaine forme ressentir et apprendre d elle…
    Le verre est la matiere la plus magique que j ai eu l occasion d approcher.

    • Merci! C’est exactement l’approche que je souhaite développé sur ce blog: comment la mâtière transforme l’esprit et vice versa!

Laissez-moi un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :